Pollution plastique en mer du Nord belge : pas de quantités alarmantes de microplastiques dans les poissons et les crustacés, fibres synthétiques omniprésentes et point chaud près de Zeebrugge

Plus des trois quarts des déchets en mer du Nord belge sont constitués de macroplastiques (plus grosses particules de déchets plastiques), ce qui constitue une source majeure de pollution, notamment dans la zone côtière. Cependant, les fibres synthétiques provenant principalement du chalutage se retrouvent partout, aussi loin de la côte. De même, les petites particules de plastique ou microplastiques de >50 µm (un vingtième de mm) apparaissent beaucoup plus souvent le long de la zone côtière et dans les ports que plus loin en mer. C’est ce qu’a montré une première étude de surveillance systématique dans la mer du Nord belge. Grâce au projet de recherche MarinePlastics, les scientifiques de L’ILVO et l’IRSNB disposent désormais des premières données pour mettre en place un plan de surveillance des macro- et microplastiques pour la partie belge de la mer du Nord, une obligation européenne.

Dans les zones de pêche où les pêcheurs belges sont actifs, les chercheurs ont également recherché des microplastiques dans les poissons et les crustacés commerciaux. Dans ces produits, les microplastiques ne sont présents qu’en petit nombre ou sont absents. Seuls 5 des 42 filets de poisson examinés contenaient quelques particules microplastiques : 2 à 6 particules par 100 g de filet de poisson. Sur la base de cette étude, les chercheurs considèrent que les poissons et les crustacés de la pêche belge constituent pour l’instant une source de nourriture sûre en termes de la contamination par les microplastiques.

Outre les organismes marins (poissons, crustacés, etc.) les pêcheurs belges trouvens également toutes sortes de plastiques dans leur prises. © ILVO

Dans le cadre du projet de recherche MarinePlastics, l’Institut de recherche pour l’agriculture, la pêche et l’alimentation (ILVO) et l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (IRSNB) ont cartographié la quantité et les types de plastiques présents dans les zones de pêche belges. Il s’agit à la fois de gros morceaux de déchets (macroplastiques de plus de 5 mm) et de minuscules particules de plastique (microplastiques de moins de 5 mm). Cette recherche n’était pas facultative, mais une obligation de l’Europe, qui exige depuis 2012 que chaque État membre collecte des chiffres sur les macroplastiques dans les fonds marins. À partir de 2020, des données devront également être collectées sur les microplastiques dans les sédiments et dans l’eau. Le projet MarinePlastics a également examiné dans quelle mesure les microplastiques sont présents dans les espèces commerciales de poissons et de crustacés provenant de nos zones de pêche (mer du Nord, Manche, mer Celtique, mer d’Irlande). Les chercheurs ont fait une distinction entre les particules de plastique présentes dans l’estomac du poisson (que les gens ne consomment pas) et le filet de poisson (que nous mangeons).

Poisson belge sans danger

Les résultats de cette recherche sont rassurants : il a été constaté que les microplastiques de >50 µm (cela correspond à un vingtième de mm ; la contamination par les nanoplastiques, c’est-à-dire des particules encore plus petites, n’a pas été étudiée dans ce projet) ne s’accumulent pas dans les poissons et crustacés commerciaux échantillonnés dans les zones de pêche où les pêcheurs belges sont actifs. Dans presque tous les échantillons de poissons et de crustacés (parties comestibles et non comestibles), le nombre de microplastiques était si faible que la concentration n’a pu être déterminée avec précision. Dans seulement 5 des 42 filets de poisson, on a trouvé 2 à 6 particules microplastiques par 100 g de filet de poisson, ce qui n’est pas alarmant. Le public peut donc être informé que les poissons et crustacés issus de la pêche belge sont actuellement des produits sûrs en termes de pollution microplastique.

Fibres plastiques dans l’eau du port de Zeebrugge, filtrées à travers un tamis de 100 μm (photographiées au microscope). © IRSNB/C. De Schrijver

Davantage de microplastiques près des ports et de la côte

Cependant, les concentrations de microplastiques dans les fonds marins et dans l’eau de mer sont parfois assez élevées, bien que variables. Dans cette étude, la concentration de microplastiques dans les sédiments côtiers (près de Zeebrugge) était environ neuf fois plus élevée que plus loin de la côte. Dans l’eau de mer, la différence était encore plus spectaculaire : les eaux du port de Zeebrugge et à proximité de la côte contenaient respectivement 48 et 10 fois plus de microplastiques que les eaux provenant de zones plus au large. Actuellement, il n’existe pas de programme de surveillance qui suit l’évolution de ce type de pollution en Belgique. Afin de répondre aux obligations européennes, un programme national de surveillance des microplastiques doit donc être mis en place. À cette fin, les chercheurs recommandent également d’approfondir (ou de commander) l’étude du transport des microplastiques dans l’environnement marin, des points chauds éventuels et du lien avec la propagation des macrodéchets.

Karien De Cauwer, chercheuse à l’IRSNB: « Cette étude nous donne une bonne idée du degré de pollution par les microplastiques à proximité de la côte et plus loin en mer. Sur la base d’une bonne méthodologie de détection, l’évolution peut être suivie selon les normes européennes. Cela permettra d’évaluer si les mesures et actions prises fonctionnent efficacement. Grâce à une meilleure connaissance des endroits où les microplastiques pourraient s’accumuler, les mesures pourraient être encore plus ciblées. »

Fibres de plastique provenant de la pêche

Les gros morceaux de déchets – les macroplastiques – représentent 77 à 88 % de tous les déchets présents dans la mer. Il y a un article en particulier qui semble être partout : les fibres de plastique. Les monofilaments très légers – tapis de fils lâches qui est censé protéger le ventre d’un chalut contre les dommages – sont le principal élément en plastique qui est répandu uniformément dans notre partie de la mer du Nord, également plus loin de la côte. Les plastiques plus lourds (tels que les caisses, les bouteilles et les conteneurs) se trouvent principalement près de la côte. Un détail important : dans la partie néerlandaise de la mer du Nord, la pollution par les fibres de plastique provenant de la pêche est plus importante que dans la partie belge. Les chercheurs demandent aux politiques et au secteur de placer la recherche et la mise en œuvre d’une bonne alternative biodégradable aux filaments de plastique en tête de leur liste de priorités. Évidemment, cela ne concerne pas seulement le secteur de la pêche belge, mais des initiatives devraient être prises à l’échelle de toute la mer du Nord, voire de l’Europe.

Les tapis de fils lâches qui protègent le ventre d’un chalut contre les dommages sont une source importante de fibres synthétiques dans la partie belge de la mer du Nord. © ILVO

Les voies de dispersion des déchets ?

S’il peut exister un lien entre la pollution plastique et la pêche, il n’y a pas de relation causale claire avec l’intensité de la pêche. En d’autres termes, il n’est pas vrai que la plupart des déchets se trouvent là où la pêche est la plus intensive. Un lien direct n’a pas non plus été trouvé avec l’extraction de sable ou les parcs éoliens offshore. Sur un site de dragage, près du port de Zeebrugge, un point chaud de déchets a été identifié. Cependant, il n’est pas clair si cela est dû au déversement lui-même, ou aux courants ou autres forces motrices. Il est donc nécessaire de réaliser une étude détaillée des points chauds des déchets marins, en examinant l’impact des différentes sources et en modélisant les processus de transport des déchets.

Bavo De Witte, chercheur à l’ILVO : « Dans notre mer du Nord turbulente, il n’est pas surprenant que les courants puissent avoir une forte influence sur la pollution plastique. Grâce à la modélisation, il devrait être possible d’en savoir encore plus sur l’origine des différents types de déchets. »

Les rapports complets peuvent être téléchargés à partir des adresses suivantes :

Microplastics in seafood from Belgian fisheries areas – ILVO Vlaanderen

Distribution and sources of macrolitter on the seafloor of Belgian fisheries areas – ILVO Vlaanderen

Marine Plastics project synthesis and recommendations – ILVO Vlaanderen & IRSNB

Le projet de recherche MarinePlastics a été financé par le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEMP) et l’Instrument financier pour la pêche flamande (FIVA).

Les parcs éoliens comme fournisseurs d’énergie et de moules

La culture des moules dans les parcs éoliens offshore belges est à la fois biologiquement et techniquement réalisable, selon les recherches menées par nos scientifiques et leurs partenaires dans le cadre du projet Edulis. La faisabilité économique dépend de la résolution des défis techniques.

Après deux ans d’expérimentation et de recherche, des scientifiques et des entreprises ont présenté les résultats du projet de recherche « Edulis: offshore mussel culture in wind farms », qui a examiné les possibilités d’élevage de moules dans des parcs éoliens en mer à 30 à 50 km de la côte belge. Edulis est une collaboration entre l’Université de Gand, l’Institut de recherche sur l’agriculture, la pêche et l’alimentation (ILVO), IRSNB/DO Nature et 5 partenaires privés (Belwind, Brevisco, C-Power, Colruyt Group et DEME Group). Cet ambitieux projet pilote est largement financé par des fonds privés et facilité par des financements flamands et européens.

Des moules de qualité

Le projet a démontré qu’il est à la fois biologiquement et techniquement possible de cultiver des moules dans les parcs éoliens offshore belges, ce qui leur permet de servir plusieurs objectifs en même temps. Les expériences ont permis de produire une moule de qualité, savoureuse, bien stockée et conforme à toutes les règles de sécurité alimentaire. Le rendement est équivalent à celui des moules suspendues des Pays-Bas et de l’Irlande, et les moules poussent plus vite que les moules issues de la culture de fond (moules prêtes pour le marché en 15 mois au lieu de 24).

Défis techniques

Le grand défi consiste à concevoir des installations qui puissent résister à l’environnement parfois extrême de la mer du Nord. Investir dans des systèmes robustes, faciles à entretenir et sûrs, y compris des navires, est une nécessité selon les chercheurs, même si cela fait augmenter les coûts de production globaux. En outre, il s’est avéré que la taille et l’organisation des parcs éoliens ne sont pas optimales pour la production alimentaire, ce qui est logique puisqu’ils n’ont pas été conçus à cette fin. La distance par rapport à la côte pose également un défi en termes de faisabilité technique, pratique et économique. Lors de la conception de futurs parcs éoliens, il convient d’en tenir compte afin de pouvoir combiner les deux activités.

Faisabilité économique

« Edulis nous a donné une image claire des coûts et des avantages de la mytiliculture en mer du Nord », déclare Margriet Drouillon, Senior Business Developer Aquaculture and Blue Life Sciences à l’université de Gand. « Si nous voulons vraiment une mytiliculture à l’échelle commerciale, nous devrons déployer beaucoup d’efforts pour développer les connaissances sur la faisabilité économique de la mytiliculture dans les parcs éoliens. Nous allons également explorer d’autres voies pour une utilisation multiple de l’espace en mer, en accordant l’attention nécessaire à la production durable ».

Trois défis supplémentaires pour l’aquaculture en mer du Nord

L’Université de Gand et l’Institut de recherche sur l’agriculture, la pêche et l’alimentation (ILVO) ont lancé le projet « Aquaculture en mer du Nord » en 2017, avec Edulis et Value@Sea comme projets subsidiaires. Ils ont uni leurs forces à celles de leurs partenaires IRSNB/DO Nature, Belwind, Brevisco, C-Power, Colruyt Group, DEME Group, Lobster Fish et Sioen Industries. L’aquaculture en mer du Nord a relevé trois défis :

  • Techniques innovantes de culture des mollusques et des algues ;
  • Utilisation efficace de l’espace dans la mer du Nord belge ;
  • Le développement d’un marché pour les nouveaux produits marins régionaux.

 

Plus d’informations sur Edulis :
Margriet Drouillon, UGent, 0484 13 95 39, margriet.drouillon@ugent.be

Tortue luth pêchée et déchargée

Le 28 Octobre, l’équipage du navire de pêche O190 Renilde a été choqué pendant un moment. Vers 19h30, ils ont trouvé rien de moins qu’une tortue luth dans leurs filets à Middelkerke/Ostende ! L’équipage a réagi rapidement, et a pu laisser l’animal encore vivant retourner en mer (voir vidéo © Kevin Van Thomme/équipage O190).

Septième cas

La tortue luth est une espèce distincte de mer ouverte et chaude, où ils se nourrissent principalement de méduses. Dans les zones côtières, elles ne se montrent généralement pas facilement (sauf pour pondre des œufs, mais c’est exclu dans notre cas). Jan Haelters, de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique, assure l’interprétation : « Dans la partie belge de la mer du Nord, la tortue luth est très rare : jusqu’à présent, nous n’avons eu que trois échouages (1988, 1998 et 2000) et trois observations (2018 et 2 en 2019). Bien que la liste ne contienne que sept spécimens, une augmentation est perceptible ces dernières années. »

© Kevin Van Thomme/équipage O190

Également aux Pays-Bas

Il convient de noter que quelques tortues luth ont été observées récemment aux Pays-Bas : du 22 au 24 septembre, l’une d’entre elles a séjourné dans l’Escaut oriental et les 7 et 11 octobre, une a nagé le long de la côte de Scheveningen, en mer du Nord. La comparaison de la forme et de la taille des cicatrices sur la tête des deux animaux et des « côtes » sur leur dos montre qu’en Belgique et dans l’Escaut oriental, il s’agissait déjà d’individus différents. L’animal de l’Escaut oriental a été rejeté sur le rivage le 3 novembre près du Ballum au Danemark (article tvs).

Comparaison des têtes de tortue luth de Belgique (à droite, © Kevin Van Thomme) et de l’Escaut oriental (à gauche, © Wageningen Marine Research)

Impressionnante floraison de Noctiluca (Éclat de la mer) en mer du Nord

Le 15 août, dans la partie belge de la mer du Nord, près du banc de sable « Buitenratel », des taches et des cordons orange ont été observés.  Ceux-ciont été rapportés aux garde-côtes comme une éventuelle pollution. Après inspection par différents services, il est apparu clairement qu’il s’agissait d’une prolifération inhabituelle de l’espèce de plancton unicellulaire « Éclat de la mer ». La chaleur et l’absence de vent et de vagues des derniers jours sont probablement des facteurs déterminants. La masse en décomposition pourrait éventuellement entraîner un manque d’oxygène qui pourrait à son tour entrainer la mort de poissons. Il est également possible que leurs restes s’échouent sur les plages belges au cours de la semaine prochaine.

Floraison de Noctiluca sur le banc de sable de Buitenratel, 15 août 2020, documenté depuis l’avion de surveillance de l’IRSNB (© IRSNB/UGMM)

Dans la matinée du samedi 15 août, le Centre des garde-côtes belges (MRCC – Maritime Rescue and Coordination Centre) a reçu un rapport faisant état d’une tache orange frappante en mer, contenant quelques oiseaux morts. Un marin l’avait remarqué sur le banc de sable    « Buitenratel », l’un des bancs de sable du complexe des « Vlaamse Banken ». Ce banc de sable se trouve à environ 16 à 20 km de la côte ouest belge, et près de la frontière avec les eaux françaises. Le rapport alarment a surpris les garde-côtes, car la couleur signalée ne correspondait pas aux couleurs typiques de l’huile minérale, et parce que les oiseaux morts auraient pu indiquer un produit chimique. Cependant, une prolifération naturelle d’algues était également possible.

Contrôle sur terre, en mer et dans les airs

La police maritime a envoyé une patrouille au Buitenratel. Ils ont trouvé la tache signalée et ont prélevé des échantillons. Les oiseaux morts ne furent plus observés. Un hélicoptère de sauvetage de la base aérienne de Coxyde a également survolé la zone, et l’avion de surveillance de l’IRSBN (UGMM, Institut royal des Sciences naturelles de Belgique) a été appelé à examiner les zones maritimes le long de la côte belge pour détecter toute autre pollution éventuelle. L’avion et l’hélicoptère ont pris des images des taches et des traînées orangeâtres, longues de plusieurs kilomètres.

Floraison de Noctiluca sur le banc de sable de Buitenratel, 15 août 2020, documenté depuis l’hélicoptère NH90 (© Geronimo/Rodrigo Vissers)

Toutes les unités maritimes et aériennes concernées sont arrivées à la même conclusion : il s’agissait probablement d’une grande prolifération ‘d’algues naturelle, mais d’une grande envergure. L’échantillon de la police maritime a été emmené au labo biologique de l’IRSNB à Ostende où il a pu être rapidement confirmé qu’il s’agissait bien d’une floraison de Noctiluca.

Vidéo: 2020_08_15 Noctiluca Buitenratel (c) Geronimo_Rodrigo Vissers NL

Éclat de la mer

Le dinoflagellé Noctiluca scintillans ou éclat de la mer est une micro-algue unicellulaire relativement grande (0,5 à 1 mm si visible à l’œil nu) que l’on trouve dans la plupart des mers du monde et qui appartient au groupe biologique des planctons. Il ressemble à un granulé gélatineux avec une queue (flagelle), qui attrape la nourriture. En forte concentration – on parle de floraison – le Noctiluca forme des taches rouge-orange très visibles qui peuvent apparaître au printemps et en été.  En cas de turbulences, l’éclat de la mer émet une lumière bleutée qui produit des effets féeriques dans l’obscurité (en éclairant la mer). Cette bioluminescence est causée par la luciférine, un pigment, et la luciférase, une enzyme, lorsqu’elles entrent en contact avec l’oxygène.

Échantillons de la floraison de Noctiluca scintillans sur le banc de sable de Buitenratel, 15 août 2020, échantillon prélevé par la police maritime (© IRSNB/Francis Kerckhof).
Image au microscope de cellules de Noctiluca scintillans provenant de la floraison sur le banc de sable de Buitenratel, 15 août 2020, échantillon prélevé par la police maritime (© IRSNB/Francis Kerckhof).

Conditions actuelles

Les fortes concentrations d’éclat de la mer qui ont été observées le 15 août sont probablement dues à la chaleur et l’absence de vent et de vagues de ces derniers jours. Le Noctiluca échantillonné était déjà partiellement en décomposition, un processus dans lequel de l’oxygène est consommé et de l’ammoniac est libéré. Bien qu’il s’agisse essentiellement d’un organisme inoffensif, l’extinction massive et la décomposition peuvent donc entraîner localement un manque d’oxygène. À des températures plus élevées, l’oxygène se dissout moins dans l’eau, et l’absence de vent et de vagues fortes entraine également une réduction d’oxygène supplémentaire dans l’eau. Le manque d’oxygène qui en résulte s peut entraîner la mort de poissons et d’autres organismes aquatiques, bien que dans des circonstances normales, cela soit très peu probable en pleine mer.

Des simulations de modélisation par l’IRSNB, prenant en compte les courants, les conditions météorologiques et les propriétés physiques des taches flottantes de Noctiluca, illustrent que les restes de cette masse pourraient potentiellement s’échouer sur les plages belges au cours de la semaine prochaine.

Au cours des dernières décennies, la communauté des dinoflagellés dans la partie belge de la mer du Nord a connu une augmentation relative. Cette augmentation pourrait être liée au réchauffement de l’eau de mer (+ 1,6°C au cours des trente dernières années). Le Noctiluca scintillans peut également afficher une tendance à la hausse. En outre, on peut également s’attendre à une floraison d’autres organismes planctoniques unicellulaires, y compris certaines espèces potentiellement dangereuses.

Floraison de Noctiluca sur le banc de sable de Buitenratel, 15 août 2020, documenté depuis l’avion de surveillance de l’IRSNB (© IRSNB/UGMM)
Floraison de Noctiluca sur le banc de sable de Buitenratel, 15 août 2020, documenté depuis l’avion de surveillance de l’IRSNB (© IRSNB/UGMM)

Comment les scientifiques marins peuvent-ils adopter le Big Data ?

La science marine entre rapidement dans l’ère digitale. L’expansion de la portée et de l’échelle des observations océaniques, ainsi que l’échantillonnage automatisé et les « capteurs intelligents », entraînent un flot continu de données. Cela pousse la science marine à entrer dans le monde du big data, où nous sommes confrontés à de grands volumes de données très variées recueillies à grande vitesse. Le big data offre l’opportunité de transformer la façon dont nous étudions et comprenons l’océan grâce à des analyses plus complexes et transdisciplinaires, et offre de nouvelles approches pour la gestion de l’utilisation humaine des ressources marines. Toutefois, une plus grande quantité de données ne signifie pas nécessairement que nous avons les données adéquates pour répondre à de nombreuses questions scientifiques critiques, et pour prendre des décisions de gestion éclairées et fondées sur des données. Pour accroître la valeur du big data marin, celui-ci doit être partagé ouvertement, interopérable et disponible pour des analyses complexes qui peuvent être fondées sur l’intelligence artificielle.

Dossier sur les sciences du futur sur « Le big data en sciences marines »

Le 6e dossier sur les sciences futures sur « le big data en sciences marines » du European Marine Board (EMB) présente des avancées récentes, des défis et des opportunités pour le big data de soutenir la science marine et de couvrir des thèmes tels que la biogéochimie du climat et marine, la cartographie des habitats pour la conservation marine, les observations biologiques marines, et les apports en nourriture provenant des mers et des océans. Le document a été publié le 28 avril 2020 lors d’un webinaire dédié qui a réuni plus de 400 participants, résultat des travaux du groupe de travail de l’EMB sur le big data, qui a été lancé en Mai 2019. Le dossier pour les sciences futures et les résumés infographiques sont disponibles sur le site de l’EMB et des enregistrements vidéo de la présentation sont accessibles sur la chaîne Youtube de l’EMB.

Recommandations

Lors du webinaire, Sheila Heymans, Directrice Exécutive de l’EMB, a présenté un aperçu du document et les recommandations-clé nécessaires à l’entrée complète de la science marine dans le monde du big data. Parmi ces recommandations figurent le partage ouvert des données, l’interopérabilité des données, la disponibilité d’infrastructures informatiques dématérialisées, le développement continu de capteurs « intelligents » pour optimiser la collecte des données, des programmes d’entraînement spécialisés pour permettre aux scientifiques marins d’adopter l’intelligence artificielle dans leur travail, et finalement une collaboration accrue entre les scientifiques marins, les informaticiens, les data-scientists et les gestionnaires de données.

Exemples détaillés

Pendant le webinaire ont eu lieux quatre exposés de type TED talks présentés par des co-auteurs choisis du document. Jerry Tijputra (Centre Norvégien de recherche NORCE) a illustré comment le big data pouvait améliorer la modélisation du climat et les prévisions qui alimentent les négociations mondiales et contribuent à atteindre les objectifs de l’accord de Paris. Federica Foglini (Institut des Sciences Marines – Conseil National de Recherche italien) a présenté la façon dont le big data pouvaient être utilisées pour créer des cartes d’habitat multidisciplinaires en haute résolution pour la création d’un nouvelle zone marine protégée dans le canyon de Bari en Italie. Matthias Obst (Université de Göteborg) a démontré que les machines changent drastiquement la manière dont nous observons les processus biologiques dans l’océan, et Ketil Malde (Université de Bergen et Institut de Recherche Marine) a présenté les progrès de l’apprentissage automatique et l’avenir des sciences marines guidé par les données.

Le Forum EMB sur le big data en science marine

En raison de la pandémie de COVID-19, le 7e Forum a été reporté au vendredi 23 octobre 2020. Le forum se concentrera sur le Big Data en science marine, étant donné leur rôle essentiel dans la Décennie des Nations Unies pour les Sciences Océaniques au Service du Développement Durable. Vous êtes invités à participer à la conversation et à apporter des idées pour alimenter le Forum via la page LinkedIn de l’EMB et Twitter (en utilisant #EMBForum). L’inscription au 7ème Forum ouvrira prochainement sur le site de l’EMB.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Dr. Britt Alexander, Science Officer, European Marine Board. E-mail: balexander@marineboard.eu

L’European Marine Board (EMB) est un groupe de réflexion européen de premier plan en matière de politique scientifique marine. L’EMB est un réseau qui compte plus de 10 000 membres, scientifiques et techniciens marins, issus des principaux instituts océanographiques et marins nationaux, des agences de financement de la recherche et des réseaux nationaux d’universités de toute l’Europe. L’EMB offre à ses organisations membres une plateforme pour développer des priorités communes, faire progresser la recherche marine et combler le fossé entre la science et la politique afin de relever les défis et les opportunités futures dans le domaine des sciences marines. L’État fédéral belge est représenté au sein de l’EMB par la Politique scientifique fédérale belge (BELSPO) et dans le panel de communication de l’EMB par l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique. Le stockage à long terme, le traitement scientifique et la publication des grands ensembles de données marines belges à l’IRSNB sont pris en charge par le Belgian Marine Data Centre (BMDC). Les ensembles de données de l’IRSNB ainsi que les ensembles de données des partenaires et des projets sont éligibles.

Journée d’étude « Une perspective à 360° sur le sable marin »

Mise à jour du 9 septembre 2020 : En raison du coronavirus, on est malheureusement contraints de reporter cette journée d’étude à l’automne 2021. Nous vous informerons dès que possible de la nouvelle date.

 

Cette année, le service Plateau continental du SPF Economie organise à nouveau une journée d’étude sur l’extraction de sable dans la partie belge de la mer du Nord.

Nous nous réjouissons de vous accueillir le vendredi 20 novembre 2020 lors de notre journée d’étude « Une perspective à 360 ° sur le sable marin » dans le parc naturel Zwin à Knokke-Heist.

Le matin, nous présenterons les résultats du monitoring et quelques innovations. Nous discuterons également du nouveau niveau de référence pour l’extraction de sable et de l’impact du Plan d’aménagement des espaces marins 2020-2026. L’après-midi, nous examinerons le recyclage du sable marin et les alternatives possibles. Nous conclurons avec les applications du sable marin dans l’industrie et dans le contexte de la sécurité côtière.

Programme et inscriptions

Les mammifères marins en Belgique en 2019

Un nouveau rapport a été publié avec des informations sur les échouages et les observations de mammifères marins en Belgique en 2019. Certains poissons remarquables et les observations de tortues de mer dans nos eaux sont également abordés. En outre, le rapport contient des informations sur les mammifères marins dans les expositions et sur l’exhumation du cachalot Valentin à Coxyde.

Une foule s’est rassemblée devant un phoque gris adulte (Nieuport, 29 décembre 2019). © Steven Mertens

L’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (IRSNB) est chargé de la coordination de la recherche sur les échouages et les causes de mortalité des mammifères marins en Belgique depuis le début des années 1990. Des informations sur les observations en mer sont également recueillies. Avec la collaboration du SEALIFE Blankenberge et des universités de Liège et de Gand, l’IRSNB a, comme chaque année, rassemblé les données disponibles dans un rapport.

Relativement peu d’échouages de marsouins

En 2019, 51 marsouins se sont échoués en Belgique – un nombre peu élevé par rapport aux années précédentes. Plus de la moitié de ces individus ont été retrouvés dans un état de décomposition avancé et il était donc souvent impossible d’établir la cause de leur décès. Quatre marsouins ont été victimes d’une prise accidentelle et quatre autres de la prédation d’un phoque gris. La densité estimée des marsouins aperçus en mer en juillet et en août a été similaire à la densité moyenne pour cette même période au cours des années précédentes. Le seul autre cétacé à s’être échoué chez nous en 2019 est un dauphin commun retrouvé dans un état de décomposition particulièrement avancé.

Marsouin (Raversijde, 9 avril 2019) © IRSNB/Jan Haelters

Tout comme l’année dernière, un grand dauphin social solitaire a séjourné plusieurs mois dans nos eaux. Un groupe de grands dauphins a été aperçu à deux reprises. Parmi les observations plus remarquables, mentionnons celle d’une baleine à bosse et d’un petit rorqual.

Plus de phoques et d’étranges apparitions

Les phocidés sont toujours de plus en plus nombreux sur nos côtes. Depuis peu, des phoques communs se sont appropriés, dans le port de Nieuport, une aire de repos où ils sont souvent plus de 10 à se rassembler. Les phoques gris semblent également devenir plus communs. La présence de phoques n’a plus rien d’inhabituel, comme en témoigne l’augmentation d’individus moribonds ou morts retrouvés: 47 phoques se sont échoués en 2019 – un nombre record. Le SeaLife a recueilli et soigné 11 phoques gris et 15 phoques communs.

Phoque commun dans le port de Nieuport © Luc David

En 2019, la présence de deux tortues luth et de quelques poissons-lunes a été signalée. Ce phénomène pourrait s’expliquer par des apports inhabituels d’eaux de l’Atlantique. L’espèce à laquelle appartient l’un de ces poissons-lunes n’a pas encore pu être identifiée. La recherche se poursuit.

Exposition de mammifères marins

La popularité des mammifères marins ne se dément pas: une série d’expositions temporaires ou permanentes leur ont été dédiées. Le squelette d’un cachalot échoué en 1989, a été exhumé. L’objectif est de le préparer afin de l’exposer.

Après une journée d’excavation, la silhouette du cachalot Valentin apparaît enfin (Coxyde, 13 mai 2019) © IRSNB/Jan Haelters

Enfin, la publication contient également des pièces d’encadrement sur le bruit sous-marin et les marsouins, la dimension internationale de la recherche sur les mammifères marins, certains phoques bien connus à Nieuport, et les fluctuations extrêmes du poids des phoques.

 

Pour obtenir des informations sur les récentes observations de mammifères marins en Belgique et des instructions sur ce qu’il faut faire en cas d’échouage, veuillez consulter le site web marinemammals.be. Le nouveau rapport pour 2019, ainsi que les rapports annuels précédents, peuvent être consultés ici.

Consultation publique ‘Zeeboerderij Westdiep’

Codevco V BV a déposé une demande d’autorisation et de permis pour la construction et l’exploitation d’une ferme mariculture dans la partie belge de la mer du Nord et a demandé l’autorisation d’effectuer lun levé géotechnique et géophysique pendant la phase préparatoire. Cette demande fait l’objet d’une procédure d’évaluation d’impact environnemental.

Le dossier de l’application, le résumé non technique, la déclaration d’impact environnemental et le projet d’évaluation appropriée peuvent être consultés du 9 mai au 7 juin 2020 dans les bureaux de l’UGMM à Bruxelles (Rue Vautier 29, 1000 Bruxelles; mdevolder@naturalsciences.be; tél. 02/627 43 52) ou à Ostende (3de et 23ste Linieregimentsplein, 8400 Ostende; jhaelters@naturalsciences.be; tél. 059/24 20 55), uniquement sur rendez-vous et pendant les heures de bureau entre 9h00 et 17h00, et selon les mesures imposées par le gouvernement à l’égard de Covid-19. Le dossier est également consultable les jours ouvrables dans les communes de la côte. Une liste reprenant les lieux de consultation et les coordonnées correspondantes est disponible ici: Communautés_côtières_2020.

Le fichier est également disponible par voie électronique:

Toute partie intéressée peut soumettre ses vues, commentaires et objections à Mme Brigitte Lauwaert par courrier ou par e-mail jusqu’au 22 juin 2020:

UGMM Attn. Mme Brigitte Lauwaert

Rue Vautier 29, 1000 Bruxelles

blauwaert@naturalsciences.be

 

Mise à jour août 2020 :

Un rapport sur la pêche est maintenant également disponible : Rapport sur la pêche_Ferme Mariculture Westdiep

Salinomètre basé sur la conductivité (deux fils électroniques)

15/01/2016

Rapportage: Médard Honfo, Katrijn Baetens

Après les nombreux travaux des deux jours précédents et les difficultés rencontrées avec le salinomètre de la marque ufire nous avons décidé de développer un salinomètre basé sur la mesure de la conductivité dans un circuit fermé par l’eau. Voici le schéma utilisé pour notre ensemble:

Electricity schemes used for creating or salinity and temperature meter

Voici notre salinomètre:

Our salinity meter developed on the basics of electrical conductivity

Quelques difficultés à résoudre

14/01/2020

Rapport: Wilfried Sintonji, Katrijn Baetens

Vérification de la tension aux bornes des batteries branchées la veille n’etait pas fiable

A notre arrivée aujourd’hui, les deux capteurs étaient toujours allumés. Le système de batterie montée en série était allumé de 18 heures 54mn la veille jusqu’à ce jour à 09 heure 39mn. Deux des piles du système en parallèle étaient très faibles et de l’eau en coulait. Donc les résultats ne sont pas fiables.

Imperfections dans la méthode de soudure

Par la suite, tous les capteurs de température et de salinité réalisés ont montré dans l’ensemble un bon fonctionnement, sauf que le nouveau Arduino était difficile à utiliser, à cause de la perfection de la soudure.

Salinomètre de Ufire difficile à installer

Aujourd’hui, on a trouvé un code pour installer le salinomètre, mais on n’a pas réussi à produire des résultats.

The ufire salinity meter branched to the Arduino development board

Enfin, de nouvelles boites ont été immergées dans l’eau afin de tester leur étanchéité.